Mode
Une robe noire pas comme les autres, présentée par le créateur libanais Rabih Kayrouz
AFP / iloubnan.info, 24 fvrier 2012 à 10h32
Le couturier libanais Rabih Kayrouz  vient de signer une robe  baptisée "invitation aux caresses". en trompe-l'oeil architectural. Cette création "en trompe l'oeil architectural", apparemment "fermée et stricte", permet en fait à un cavalier de glisser la main en toute discrétion dans le dos de sa partenaire... A la veille de la semaine de la mode à Paris dans le cadre de laquelle il défilera le 7 mars, le designer, qui a récemment annoncé se concentrer sur le prêt-à-porter plutôt que sur la haute couture,  marque un point supplémentaire.
Alors qu'on s'interrogeait sur sa présence à la fashion week haute couture à Paris fin janvier 2012, Rabih Kayrouz avait annoncé qu'il n'y défilerait pas car il privilégiait désormais son activité prêt à porter.
Il y met toute son énergie et son talent, et ça lui réussit plutôt bien: le designer de 38 ans vient de lancer une robe noire fluide, en "charmeuse" de soie, qui a été présentée aux acheteurs des grands magasins en pré-collection, avant le défilé prévu le 7 mars à Paris pendant la Fashion week. Et c'est déjà l'un des best-sellers de la saison.

Clavicules et décolleté dissimulés sous le tissu, la robe est "très décente", s'amuse auprès de l'AFP le créateur libanais aux cils interminables, dans son showroom parisien. A la voir, comme cela, sagement disposée sur un cintre, on croirait presque "une robe de nonne".

Mais "le mouvement et l'attitude d'une femme peuvent lui offrir une autre vie", dit le styliste d'un sourire coquin. Sur le plan technique, il dit avoir "simplement" entrecroisé le dos et le devant de la robe, "sans jamais les coudre ensemble, pour créer ce troublant "passage secret". Rabih Kayrouz, qui passe du calendrier de la couture à celui du prêt-à-porter cette saison, fuit la facilité, préférant susciter un trouble
subtil sans dénuder les femmes. "J'adore l'intrigue dans les coupes", dit le couturier de 38 ans.

"Je ne suis pas un fan des décolletés. Avant je me forçais un peu, mais cette saison je n'en ai fait aucun", dit le créateur qui trouve "tellement plus beaux" les vêtements couvrants. "J'aime les fentes qui laissent entrevoir la peau ou les grands V dans le dos, c'est beaucoup plus sensuel et érotique", dit-il.

Oublier le vêtement

De la même façon, il évite les robes bustier, "inconfortables" pour les femmes, leur préférant des modèles dévoilant une seule épaule de façon asymétrique --il appelle cela un "décolleté d'épaule oui, épaule non".  Elles y sont infiniment "plus à l'aise, libérant leurs gestes". De fait, les femmes portant des bustiers chics ont tendance à serrer les coudes le long du corps ou à le remonter, comme un tic nerveux tout au long d'une soirée, pour être sûres qu'il reste en place sur la poitrine.

"Toute l'élégance est perdue si l'on est trop consciente de ce que l'on porte", insiste le créateur, qui fait essayer l'intégralité de sa collection à sa ravissante assistante Constance. "Je lui demande sans arrêt: Tu es à l'aise? Comment tu te sens? Il faut oublier le vêtement".

Formé à Paris, Rabih Kayrouz s'est fait connaître à Beyrouth en créant des robes de mariées pour ses copines, puis des clientes, élargissant ensuite sa production. En 2009, il revient à Paris pour y ouvrir sa maison de mode, attiré par le savoir-faire unique des artisans français.

A deux pas de l'hôtel Lutétia, dans un ancien théâtre en fond de cour où a été créé "En attendant Godot" de Samuel Beckett, sa maison abrite un showroom pour les clientes, un atelier, des bureaux, mais aussi une cuisine et une petite salle à manger pour l'équipe.

La marque est présente dans une cinquantaine de boutiques dans le monde, notamment aux Etats-Unis, Moyen-Orient, Russie et en France. Dans sa garde-robe citadine "mais avec de la sophistication", les prix vont de 800 euros la robe chemise à 4 000 euros la robe du soir. Son logo d'un rouge pimpant représente une grenade, "seul fruit oriental", généreux et porte-bonheur.
Tags
#Kayrouz, #fashion, #mode, #designer
Donnez votre opinion
0 Commentaires
(Publicité)
Derniers articles
Défilé Georges Chakra à la Fashion Week de Paris: une rose pour le Liban
23 janvier 2020 à 10h47
Les technologies: l'un des outils les plus puissants pour l'autonomie des femmes et des jeunes filles (ONU)
06 mai 2019 à 12h45
Les technologies numériques pour promouvoir la santé dans le monde
17 avril 2019 à 13h30
Les technologies d'assistance pourraient permettre d'intégrer des millions d'enfants handicapés exclus (UNICEF)
16 avril 2019 à 13h49
"Léonard de Vinci, La Renaissance du Monde": la BD de Marwan Kahil et Ariel Vittori paraît aux éditions 21g
10 avril 2019 à 11h03
Sommet de la Ligue arabe: le CIJ veut un mécanisme judiciaire crédible et indépendant face aux violations des droits de l'Homme
29 mars 2019 à 13h57
Syrie : réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation au Golan
29 mars 2019 à 13h11
"Cet autre monde qui est aussi le nôtre": lumière sur l'étrangeté de la Terre
25 mars 2019 à 12h21
Danse arabe contemporaine: "Rituels" de Lamia Safieddine, ou l'étoffe des femmes
22 mars 2019 à 09h04
Nouveaux outils: on peut désormais mesurer le ROI du Contenu de Marque (mais ça demande du doigté)
20 mars 2019 à 12h14
(Publicité)
Moins de 5% des besoins mondiaux pour la réinstallation de réfugiés satisfaits en 2018 (HCR)
20 fvrier 2019 à 17h39
Trois hauts responsables Syriens arrêtés en France et en Allemagne pour « suspicion de crimes contre l'humanité »
17 fvrier 2019 à 17h14
"Rituels": la danse arabe contemporaine révèle la magie d'une robe ancestrale...
15 fvrier 2019 à 19h24
Un plongeon au coeur des Cités Millénaires à l'Institut du Monde Arabe
12 fvrier 2019 à 09h58
La vie en couleurs au défilé de Georges Chakra à la Fashion Week de Paris
23 janvier 2019 à 15h45
Maison Rabih Kayrouz obtient le label Haute Couture à Paris
21 janvier 2019 à 14h09
Rapport RSF sur la liberté de la presse en 2018 : le Liban à la 100e place sur 180 pays
18 dcembre 2018 à 14h06
"Dessine-moi un proverbe – les proverbes libanais racontés à nos enfants": le Tome 2 est sorti !
16 dcembre 2018 à 18h40
Yémen : plus de 60.000 enfants non scolarisés à Hodeïda
02 dcembre 2018 à 11h34
Joumblatt favorable à toute mesure consolidant la paix civile
02 dcembre 2018 à 09h22
(Publicité)